cuisine-rénovation, plan d'aménagement
17
Jan

10 pièges à éviter lorsque l’on rénove sa cuisine

 

Pour maximiser son investissement il est important d’éviter certains pièges

La rénovation d’une cuisine, est généralement une rénovation majeure. Selon une étude de l’Institut canadien des évaluateurs, l’investissement total consacré affiche un taux de récupération approximatif de 75% à 100% au moment de la revente.

  1. Acheter un style : Les modes changent si rapidement en design et décoration, on devrait se laisser guider uniquement par nos besoins.
  2. Faire de l’économie de bout de chandelle : Se prendre pour des experts en travaux manuels pour épargner quelques dollars. On risque de regretter notre installation de carrelage imprécis dans notre nouvelle cuisine. Rénover n’est pas à la portée de tous. La seule place où on peut économiser sans être une experte, c’est en effectuant soi-même la démolition.
  3. Conserver l’ancien plancher de cuisine pour économiser : Peu importe le montant que l’on investit pour la rénovation de notre cuisine, faites donc le tout pour le tout ! Sinon, vous risquez de regretter de ne pas avoir changé votre vieux revêtement de sol usé et passé date.
  4. Se payer une cuisine de style château dans un petit bungalow : Si on veut récupérer notre investissement à la revente, le coût d’une cuisine neuve ne devrait pas dépasser 15% (excluant les électroménagers) de la valeur de la propriété. L’excédent ne servira qu’à combler votre bonheur personnel.
  5. Faire affaire avec un cuisiniste avec qui le courant ne passe pas : Ce n’est pas parce que la cuisiniste a fait un bon travail chez votre beau-frère que c’est la personne désignée pour votre réno. Laissez-vous guider par votre instinct et votre feeling du moment. Çà clic ou çà clic pas !!!
  6. Croire qu’on peut gérer un chantier sans aucune expérience en la matière : Rénover une cuisine est un travail très complexe. La coordination des corps de métier est cruciale pour le bon déroulement des travaux. Si vous travaillez déjà à temps plein, c’est la recette parfaite pour un désastre. Laissez les experts s’en occuper pour vous !
  7. Refaire la cuisine et la salle de bains en même temps : Ça peut être pratique et un peu plus économique, mais ce sont des travaux majeurs très difficiles. Les risques d’erreurs peuvent augmenter. Surtout si on ne dispose que d’une seule salle de bains.
  8. Négliger l’éclairage : Quand les murs sont fermés, il est trop tard pour y penser. Selon moi, on devrait planifier trois types d’éclairage dans une cuisine :
    1. L’éclairage global, qui illumine la pièce en général.
    2. L’éclairage spécialisé, qui se dirige vers les plans de travail (évier, comptoir, îlot et intérieur des armoires, au besoin).
    3. L’éclairage d’ambiance pour un résultat optimal et l’entière satisfaction de votre rénovation.
  9. Vouloir une cuisine neuve avant même que les travaux commencent! : Il faut savoir qu’entre la planification (la rencontre avec la designer, esquisse des plans détaillés, soumissions, mise en production etc.) et l’inauguration de la nouvelle cuisine, on devrait prévoir au moins trois mois, voire quatre mois si on ne veut pas se stresser. Pour les travaux eux-mêmes (excluant la démolition), il faut compter un minimum de trois semaines de travail par les professionnels, il serait toutefois inacceptable que ça dure plus de deux mois).
  10. Engager le contracteur le moins cher : Un entrepreneur général qui a beaucoup de trous dans son horaire et qui soumissionne à très bas prix, c’est louche ! Je me poserais de sérieuses questions sur ses compétences (demandez des références). Certains sont souvent les spécialistes des EXTRAS. Demandez plus d’informations lors de la remise de la soumission et assurez-vous de bien comprendre ce que comprend vraiment votre soumission.